Esme, tome1 - Farah Anah chez Black Ink Editions

Publié le par Osez-lire

COUP DE COEUR !! (Vite, la Suiiiiiiite !)

COUP DE COEUR !! (Vite, la Suiiiiiiite !)

Encore un grand merci à l'équipe Black Ink pour sa confiance ;-)

 

Résumé:

La gringa, c’est ainsi qu’ils m’appelaient dans le quartier.

Pestiférée, je n’avais que douze ans et mes perspectives d’avenir étaient nulles, jusqu’à ma rencontre avec lui.

Abain m’a sauvée, Abain a fait naître non seulement l’espoir, mais la passion en moi. Nous étions inséparables, il était ma moitié, d’amour et d’amitié, ma raison quand j’égarais la mienne, me rattrapait au bord de ces gouffres où, par sa faute, je manquais de déraper. Sa main tendue, son regard chargé de promesses d’un futur meilleur étaient en réalité... un poison.

Je l’ai compris lorsque sans aucune explication, il a disparu de ma vie. Quand je l’ai aperçu des années plus tard, ce jour d’été, sur mon lieu de travail, subissant la brûlure de son indifférence.

Pourquoi m’a-t-il abandonnée ? Pourquoi revenir ainsi dans ma vie ? Et, bon sang, qui est cette femme avec lui ?

Ne subsistent plus que des interrogations qui me feront sombrer dans une tortueuse tragédie.

 

Mon avis:

 

Oh Farah, y a pas moyen Farah 🎵 

 

Voilà, je débloque total ! Le deuxième effet « Kiss Cool » d’une lecture made in Farah Anah, celui qui nous met dans tous nos états, même les plus dingues, parce qu’on ADORE et qu’on en veut ENCORE !!! À croire qu’on aime être malmenés, torturés, nous, pauvres lecteurs masochistes. Il faut dire que dans cette histoire, comme dans les précédentes d’ailleurs, l’auteur met en lumière des personnalités tellement profondes et sensibles que nous plongeons tête baissée, vivant et ressentant avec elles le tourbillon d’émotions dans lequel Farah les berce. Alors me voilà, les doigts sur mon clavier des jours durant, ne sachant comment mettre en mots ce que Farah a pu me faire ressentir au travers des siens. 

 

******

 

Esme pourrait être la « contre-héroïne » par excellence. Elle ne vient pas des beaux quartiers, elle ne répond pas aux critères de la mode, elle n’a pas d’amis et semble s’en foutre, bref, elle n’est pas celle que l’on présente à ses parents. Rejets, violences, préjugés et rumeurs sont depuis des années son lot quotidien. 

 

Abain, quant à lui, a tout du (jeune) gendre idéal. Beau, protecteur, bienveillant, poli et fils aîné d’une famille aussi simple qu’aimante, Abain est le prince charmant sorti d’un Disney, celui auquel Esme n’osait rêver du haut de ses 12 ans. Et pourtant…

 

Le temps fait son œuvre, soudant cette relation d’amour et d’amitié (Il est si près de moi, pourtant je ne sais pas 🎵 Oups, je m’égare…) pourtant vu d’un mauvais œil par certains et alimentant les qu’en dira-t-on. Mais Abain et Esme sont bien au-dessus de cela et abordent leur futur au gré de défis, d’initiations et d’ambition. Se sentir enfin protégée, choyée, aimée entre des bras réconfortants souffle la promesse d’un avenir radieux pour l’adolescente.

 

Jusqu’à ce que les masques tombent. Désillusion, abandon… 

 

Quand leur route se recroise après des années d’absence et de questions laissées sans réponses, chacun semble devoir faire face à ses propres démons. Malgré leur passé commun, leurs blessures individuelles et la maturité gagnée, leurs corps et leurs âmes semblent aujourd’hui parler un tout autre langage que celui de leur raison. 

 

Un chassé-croisé entre passé et présent, un tumulte d’émotions et de suspens, de la sensualité en veux-tu en voilà, des étiquettes arrachées au gré des chapitres et des personnages, que dis-je des PERSONNAGES arrangés aux p’tits oignons ! J’ai complètement craqué pour les paradoxes d’Esme et la complexité d’Abain, souffrant avec l’un comme avec l’autre, aimant l’un comme l’autre, mon cœur ne sachant plus où se positionner et mon esprit ne pouvant trancher malgré leur caractère si distinct. Et puis pourquoi vouloir trancher ? Hein ? Ils m’ont touchée, voilà tout, me laissant bouche-bée à la lecture des dernières phrases de ce tome, et en manque d’eux avant même d’atteindre le point final. 

 

Vous l’aurez compris, j’ai fondu, craqué, aimé, ressenti et bien plus encore. Un vrai coup de cœur pour l’histoire, la plume et les protagonistes que j’attends impatiemment de retrouver, parce que là, pour reprendre tes mots, Farah : « Ne subsistent plus que des interrogations qui me [font] sombrer dans une tortueuse tragédie. »

 

Merci Farah, pour le sombre mêlé de lumière et l’amour douloureusement beau ;-)

 

 

Où se le procurer:

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article