(Im)Parfait - Emma M.Green chez Editions Addictives

Publié le par Osez-lire

TRES BON MOMENT !

TRES BON MOMENT !

Résumé:

"Juliette chante l’amour tous les soirs dans son piano-bar. Sans trop y croire. Quand la jeune artiste parisienne se retrouve à la rue, elle accepte une drôle de mission : jouer les dames de compagnie pour une grand-mère guindée et mal en point, en lui chantant tous ses airs préférés.

Mais une nuit, un inconnu vient s’installer juste sous les toits, au dernier étage de cet hôtel particulier perché sur les hauteurs de Montmartre : un mystérieux brun aux cheveux longs, à la barbe mal taillée, au regard noir et au verbe rare.

Entre Juliette, la chanteuse libre et romantique, Suzanne, la vieille dame snob et attachante, et Laszlo, le ténébreux aussi sexy que dangereux, cette colocation forcée s’annonce… compliquée.

Et parfaitement imparfaite."

 

Mon avis:

Ne ratant aucune sortie des Emma.M Green, il était tout naturel de me procurer (Im)Parfait, et d'en attendre autant qu'avec Jeux imprudents , dont je me languis de connaître la suite ! Bref, revenons-en au sujet du jour, l'histoire de Juliette et Laszlo, qui se révèle aussi inattendue qu'intensément compliquée, le tout saupoudré d'humour et d'émotions variées.

Un petit tour des protagonistes s'impose.

 

Juliette, jeune artiste esseulée, se voit chassée de l'appartement de sa mère sans moyen de se retourner. Au hasard, quoi que pas tout à fait, celle-ci va faire la rencontre de Suzanne, 85 ans, qui, ne supportant plus l'aide apportée par toute ces aides-soignantes de bonne famille, lui propose le gîte et le couvert contre des services de dame de compagnie. Les 2 femmes que tout oppose, tant leur âge que leur milieu social, vont alors cohabiter et faire naître de leurs différences une grande complicité. Juliette, dont la mère l'a laissée pour compte afin de vivre l'idylle de sa vie, trouve dans cette maison de Montmartre, tout ce qu'elle a perdu au départ de sa génitrice; une famille. Ces 2 fans de musique et de chant, vont se dévoiler l'une à l'autre, passant des éclats de rire aux larmes à l'œil avec une simplicité qui m'a souvent donnée le sourire. Juliette est de celle qui s'est construite par sa simple personnalité et volonté, mais qui doit composer avec la situation que sa mère lui impose par son départ. Entre culpabilité et sentiment d'abandon, elle réussi un tour de force en "s'immisçant" tant dans la maison que dans le cœur de la vieille dame, et bien-sûr, la réciprocité est vraie.

Cet adjectif, VRAIE, est d'ailleurs ce qui caractérise au mieux Juliette. Tout en elle est criant de vérité, ses colères comme ses élans de cœur, ses doutes comme ses forces; alors quand Laszlo débarque dans cette demeure qui devient la sienne, les grands silences de celui-ci viennent titiller toutes ses certitudes.

 

Parlons-en de celui-là ! Laszlo, ou le ténébreux au verbe rare mais acerbe. Tantôt discret, tantôt trop présent, il va provoquer, par son arrivée, une véritable tempête, faisant varier l'ambiance légère et tempérée à un courant d'air froid tout droit venu du 3ème étage de cette collocation peu ordinaire. En effet, le petit-fils de Suzanne est loin d'être aussi accueillant et chaleureux que sa grand-mère, mais plutôt du genre méfiant voire jugeant à l'égard de la jeune chanteuse dont il ne comprend pas la présence. Entre sa venue mystérieuse, son comportement de connard et la distance qu'il met avec le reste de sa famille, il vient taquiner la curiosité de Juliette autant qu'elle-même attise celle du beau brun. Faisant fi de sa potentielle attirance physique envers la jeune-femme, Laszlo lui mène la vie dure, rendant leurs échanges aussi rares que piquants. Tout ce qui peut lui permettre de poser une distance et empêcher la curieuse de découvrir le mal qui le ronge, est bon à prendre. Aussi, n'hésite-t-il pas à se montrer sous son jour le plus sombre face à Juliette tandis qu'il se révèle tendre, attentionné et serviable avec sa Suzette.

Cet ours mal léché, souffle le chaud et le froid mais ne mord pas. Autant ses côtés les plus noirs que ses sourires lumineux attisent et attirent Juliette comme les lectrices, ne manquant pas au passage, de laisser une Suzanne encore plus attendrie.

 

Suzanne, oh Suzanne ! Encore une vieille dame qui ne laisse pas indifférent. Personnellement, j'adhère totalement à cette snob au grand cœur, comme j'adore Betty-Sue dans la saga précédemment citée. Elle est la médiatrice et le fil conducteur de ce récit, alliant folie et sagesse, un beau mélange détonnant, que je vous laisse le plaisir de découvrir.

Quant aux personnages secondaires, ils sont nombreux mais d'apparitions aussi brèves qu'importantes, permettant d'agrémenter le bon dérouler du scénario.

 

Les auteures ont opté pour une écriture du point de vue de Juliette et leur plume est, comme toujours, d'une fluidité et d'une sensibilité addictive.

Comme ma note l'indique, j'ai passé un très bon moment avec les personnages de cette romance, mais il m'a manqué un peu de finesse dans les descriptions de certains traits de caractère des personnages, et de même pour le suspens lié au rapprochement des 2 protagonistes principaux. J'ai eu la sensation d'en apprendre davantage sur Suzanne que sur Laszlo, de fait, je suis un peu frustrée, je l'avoue. Cela n'enlève rien au talent des Emma.M Green et ne m'empêchera pas de me jeter sur leur prochaine pépite ;-) 

Merci

 

Où se le procurer:

Publié dans Bon moment

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article